Livre : Trucs et Astuces pour que votre enfant coopère (coaching parental) ]

Ce guide parental se veut pratique et très facile à comprendre. Les solutions apportées sont simples à mettre en place. Son métier de coach parentale et familiale a amené Marie-Ange Zorroche à rencontrer de nombreux parents fatigués, usés par les crises qu’ils vivaient avec leurs enfants.
Ce livre est une synthèse accessible de la méthode que Marie-Ange Zorroche utilise au quotidien pour aider les parents qui se posent des questions et qui ont parfois le sentiment de ne plus être à la hauteur.

Vous y trouverez une boite à outils bien utile !

Voici quelques extraits : 

Faire la d ifference entre le besoin et desir TerrEduation

Il est temps de solder les comptes avec  vos propres parents
Bon nombre d’entre nous recherche encore (consciemment ou non) à 30 ans passés, LE regard chez leurs parents. LE regard d’approbation, LE regard d’encouragement, LE regard félicitant. Malheureusement, ce regard n’arrive pas, et peut-être même n’arrivera-t-il jamais. Alors la colère gronde au fond du coeur et du ventre, et l’on s’obstine à demander LE regard. On essaie de régler nos comptes avec nos parents
pour qu’enfin, ils s’aperçoivent qu’ils ne nous ont peut-être pas assez aimés, enfin pas comme nous le souhaitions. Que faire ? Soit on continue, on s’obstine à quémander LE regard, soit on arrête de chercher de ce côté-là et on accepte une relation pas vraiment satisfaisante et on solde les comptes.

Jean-Paul Sartre disait : « L’important n’est pas ce qu’on a fait de moi mais ce que je fais moi-même de ce qu’on a fait de moi ».
Solder les comptes a un avantage très supérieur, à « régler les comptes » car pour les régler, il faut être deux, si vos parents ne veulent rien entendre (ils ont leurs raisons), vous n’y arriverez pas, vous serez frustré et en colère. Pour solder les comptes, vous n’avez besoin de personne. Vous décidez, un jour, que vous n’avez plus besoin ni DU regard, ni du mot « désolé » que vous n’obtiendrez peut-être jamais.
Le plus important ne se situe pas dans le passé, mais dans l’avenir. Si vous acceptez que vos parents ne soient pas parfaits, voire très imparfaits, la vie sera plus douce, et ainsi vous « lâcherez cette quête ». Vous assumerez vos choix sans avoir peur du regard des autres, car dans chaque regard qui vous impressionne, il y a un peu du regard de vos parents. Il est temps, maintenant que vous êtes parent,
de renoncer, de lâcher prise et de solder les comptes. Vous n’avez plus besoin d’être en colère contre eux. N’attendez rien d’autre que ce qu’ils sont capables de donner, aussi peu peuvent-ils ! La vie est faite de bien des frustrations, charge à nous, devenus adulte, de les reléguer au second plan ou même, de nous en délester totalement. Et vous verrez, un lourd fardeau s’évacuera. Votre regard sur votre enfant sera plus doux et moins lourd une fois ce fardeau évanoui.

Que signifie éduquer ?

Éduquer : c’est permettre à son enfant de devenir autonome et de le préparer à s’envoler, quand il sera prêt, vers un chemin  qu’il (ou elle) aura choisi. Pour ce faire, je vous propose deux mains en ouverture. Plus votre enfant grandira et plus vous lui permettrez d’être acteur
de sa propre vie ; ainsi, il se sentira responsable et en confiance, il coopérera sans problème. Grandir ne lui fera pas peur du tout et cela vitera quelques problèmes liés à la peur de grandir, en arrivant à l’orée de l’adolescence. Éducation en ouverture : Coopération

À l’inverse, si vous lui permettez trop de choses dès la petite enfance, votre enfant arrivé à l’adolescence voudra plus de liberté pour pouvoir grandir et s’émanciper. Mais il est fort probable que vous ne pourrez pas accepter et vous lui réduirez son champ d’action et là, il ne sera pas du tout d’accord. Il se sentira oppressé et les situations deviendront explosives. Éducation en fermeture : Affrontement

Votre enfant n’est pas dupe
La communication est un vaste champ d’exploration, alors observons quelques points importants :
83 % de la communication est NON VERBALE !
Il est donc essentiel d’être congruent. Congruent signifie être vrai au plus profond de soi. Être authentique.
L’inverse, c’est la dissonance : Être dissonant, c’est dire une chose sans la penser. Dès son plus jeune âge, l’enfant communique avec ses parents grâce à la communication non verbale. L’enfant, qui ne possède pas encore le langage, va développer (notamment avec sa mère) une expertise de la communication non verbale en détectant certains signaux lui permettant de comprendre l’état d’esprit de ses parents.
Par exemples :
• Les vrais sourires ou les sourires de façade
• Les plis entre les yeux, la colère
• Le regard triste
• les épaules tombantes ou redressées
• la joie
• l’amour entre deux personnes
• la détestation de deux personnes
• la fatigue…

Si ce que vous dites ou faites ne correspond pas à ce qu’il a détecté, cela peut provoquer chez lui une incompréhension de la situation et donc des cris et des refus. Vous pourrez dire ce que vous voudrez pour le rassurer, il verra qu’il y a une dissonance, une différence entre ce qu’il détecte et ce que vous dites ; cette situation le mettra mal à l’aise, et ce, dès le plus jeune âge.
Par exemples :
• Si vous lui dites que vous « faites tout pour lui » mais que vous passez des heures au téléphone sans prendre suffisamment de temps pour lui, il sera difficilement gérable, voire agressif.
• De même, si vous définissez des règles, mais qu’elles ne sont pas appliquées, et que vous dites vingt fois « attention, la prochaine fois tu seras puni », son comportement pourrait devenir provocateur et agressif car il sait que ce n’est pas vraiment ce qui va arriver et cette dissonance peut le rendre fragile.
• Si vous vous sentez fatigué, triste, il vaut mieux dire :
« en ce moment, je ne suis pas en forme, mais ne t’inquiète pas, ça va passer ». Avoir des moments de fragilité n’est pas un problème. Ce n’est pas parce que vous êtes parents que vous devez afficher une super forme et de la gaieté tout le temps. Vous avez le droit d’être fatigué et d’en avoir marre. Ne culpabilisez pas ! Soyez vous-même. Soyez authentique.
La communication devrait être univoque Cela signifie que votre message est suffisamment clair et n’a qu’un sens. Ainsi, votre enfant comprendra parfaitement votre demande.

Être un parent juste
Pourquoi être un parent juste est-il important ? Car c’est l’un des seuls moyens pour apaiser votre enfant et développer de la confiance entre vous. S’il ressent de l’injustice ou si vous prenez des décisions qui manquent de bon sens, il peut développer de la défiance voire de la
méfiance !

Le défiant craint d’être trompé
Le méfiant croit qu’il sera trompé.
Ces comportements se transformeront en provocation et rejet, à l’adolescence. Car être un parent juste est un formidable pacificateur de
la relation. 

Comment être un parent juste ?
En se mettant à la HAUTEUR DE L’ENFANT POUR ÉCOUTER
Mais En se mettant à HAUTEUR D’ADULTE POUR DÉCIDER
On se baisse pour écouter mais on se grandit pour décider.

La joie fait du bruit !

• Chanter fait du bruit
• Danser fait du bruit
• Rire fait du bruit
• Jouer fait du bruit
• Inventer fait du bruit
• Apprendre fait du bruit…
Si vous êtes fatigué, épuisé et aspirez au silence, changez de pièce et laissez vos enfants s’éclater et faire du bruit. Bien sûr, plus ils sont nombreux et plus ils feront du bruit. Acceptez les rires trop bruyants, les chansons ridicules et entêtantes, les chorégraphies approximatives, acceptez leurs grimaces et leurs inventions.
 Trucs et Astuces
Ces moments de joie sont importants pour vos enfants et leur gaieté apaisera leurs nuits et les vôtres.

LIVRE 16 EUROS